Connexion
Jérôme M. Keller, 32 ans
Auteur de récits de fantasy et fantastique. Conteur sur l'Allée des Conteurs.
        
Catégories
Histoires
Sites que j'affectionne
Le complexe du chiffre
Blog / Ecriture
Article publié mercredi 23 mai 2018 @ 17h44

En pleine reprise de l'écriture, j'en suis venu à m'interroger sur une "obsession" que j'ai nourri ces derniers mois : le chiffre ! Ce fameux score d'écriture, ce quota de mots journaliers que vous écrivez. Vous savez, celui qui vous fait dire "ah, j'ai peu écrit, c'est mal"... 

Alors est-ce mal ?

La réponse la plus basique, et la plus évidente serait de dire "non" ! Mais malheureusement, les communautés en ligne ont cette tendance à vous pousser à la consommation de mots, à vous pousser à écrire toujours plus. Quantité, mon ami, quantité ! 

Alors oui, c'est bien d'avancer. De voir un beau score, c'est galvanisant ! Cela procure une sensation de victoire qui vous donne envie de continuer et de produire, produire, produire. Jusqu'à ce que "pffft", le ballon se dégonfle et puis plus rien. 

Voilà ce qui m'est arrivé récemment. J'ai enchaîné les mots, j'ai compté, j'étais heureux, puis vint le fameux moment où ça n'allait plus, où le quota s'amenuisait et où j'ai culpabilisé. 

Ce sentiment de culpabilité à combattre

Pourquoi culpabiliser ? Après tout, je n'ai pas de réels enjeux derrière cette production de mots. Et quand "écrire" doit rimer avec "plaisir", pourquoi nourrir un tel sentiment ? Sans doute la comparaison, l'envie de faire plus, l'envie de faire "comme les autres" et c'est là le piège des communautés en ligne. Je me permets d'en parler car oui, je suis à la tête de l'une d'elle et oui, il y a ce fameux piège qui vous enferme dans le cercle vicieux du "toujours faire plus". 

Toujours faire plus car il y a ces défis, ces challenges, ces événements qui vous encouragent à prendre la plume et à "écrire tant". C'est bien, c'est motivant. C'est convivial, c'est super pour avancer. Mais dedans, il y aussi cette fierté de montrer que l'on a écrit, que l'on a enchaîné les mots jusqu'à plus soif, que l'on est un caïd du clavier... et donc il y a le risque de la comparaison, du "j'ai fait moins que...", du "Ah ouais mais moi j'ai pas écrit beaucoup". 

Sauf que pour moi, ça n'est actuellement plus possible de supporter le chiffre, de les voir s'amasser, s'accumuler et de me dire "purée, moi je n'ai écrit que..."

Dégage, le "Que" ! J'ai écrit, point ! Et je n'ai plus envie de me sentir coupable d'écrire 50 mots. Et encore moins de ne pas avoir écrit du tout. 

Donc en ce moment, je le dis, je me révolte contre les chiffre en gras, je veux juste écrire ! Et c'est sans doute en ce sens que je penserai les prochains défis ponctuels, les prochains rassemblement d'écriture : ne plus être esclave du chiffre (bon, mis à part le camp d'écriture : là, c'est autre chose xD) 

Et vous ? Avez-vous déjà eu peur du chiffre ?

Je vous remercie de m'avoir lu jusqu'ici et à bientôt j'espère !

Si vous souhaitez me suivre...
Ma page facebook : https://www.facebook.com/jeromemkeller/
Mon compte twitter : https://twitter.com/jer_keller
Mon compte AlléeDesConteurs (pour me lire) : https://www.alleedesconteurs.fr/-jerome_m_keller
Mon compte LeConteur (pour me lire) : https://www.leconteur.fr/-jerome_m_keller

(Pour commenter ce billet, il suffit de posséder un compte AdC : quelques minutes suffisent)

8 Commentaires
 
Connexion à un compte AlléeDesConteurs.fr requise
Me connecter (vous serez redirigé vers le forum) ou
Créer un compte ADC.fr, cela ne prendra que quelques minutes !
Aislune S.
mercredi 23 mai 2018 @ 18h06
Ça ne ressemble pas un peu au complexe du NaNo, en fait ? Je viens d'y penser puisqu'en un mois, il faut avoir au moins écrit 50 000 mots. Parmi ceux qui le tentent, combien en sont venus à culpabiliser parce qu'ils n'atteignaient pas ce chiffre, parce qu'il n'avaient pas écrit tant par jour, etc. ? C'est un peu les mêmes problématiques que tu dégages.
De mon côté, j'ai jamais vraiment eu de soucis avec cette histoire de chiffres. Par contre, quand je me suis fixée des objectifs et qu'à cause de ceci ou cela, je n'arrive pas à les atteindre, c'est vrai que ça peut vite me frustrer ! (mais bon, ça c'est pour tout j'ai envie de dire...)
Jérôme M. Keller
mercredi 23 mai 2018 @ 18h18
En effet, ça y ressemble :) Après, je pense que le soucis du chiffre, pour moi, vient ici dans le côté "exposition" (dire le nombre qu'on a écrit, etc, etc...). Mais je n'ai pas ce soucis là du tout pour un camp, par exemple car au final, tu as moins l'effet de juxtaposition qui se créé sur le forum, et les statistiques sont plus personnelles, plus "intimes", on va dire ^^

Et oui, je comprends bien le côté frustrant de ne pas le mener à bien l'objectif xD je suis pareil.
Elia
mercredi 23 mai 2018 @ 18h08
haaaaaa je te comprends totalement. En fait, selon la période, ces défis peuvent autant stimulants que déprimants. Le tout est d'arriver à ne pas se mettre la pression, à le faire pour le plaisir d'être productif. Mais c'est dur, hein ? L'écriture devrait rester une passion (sauf quand tu es écrivain de métier, mais là c'est un sujet différent) et ne pas se laisser gâcher par cette question du quota de mots, etc.

Je n'ai personnellement pas peur du chiffre. J'ai la chance d'être productive naturellement, je n'ai jamais eu à m'inquiéter de ne pas écrire un nombre de mots. D'ailleurs, à part pour les défis que je pratique uniquement depuis mon arrivée sur l'allée des conteurs, je ne compte jamais mes mots. En revanche mon problème (et je ne sais pas si c'est mieux xD) c'est la qualité. Je suis une perfectionniste (comme nous tous) et avoir le sentiment de mal écrire, de ne pas transcrire les choses comme je le veux me blesse vraiment et m'a déjà amené à complexer au même titre que ton complexe pour le chiffre ^^ je préfère mille fois écrire un paragraphe en une journée, mais qui me plaît, que 3000 mots qui ne me plaisent pas.

Bref, je m'égare. Quoi qu'il en soit je suis contente que tu aies réussi à retrouver le plaisir d'écrire. Je te souhaite de continuer sur ta lancée ;)
Jérôme M. Keller
mercredi 23 mai 2018 @ 18h23
En effet, c'est dur.
Je pense qu'il y a une part des choses à faire et qu'après, cette obsession vient aussi de moi : je ne vais pas tout rejeter sur l'Allée ^^ mais voilà, j'avoue que j'avais besoin de me détourner d'un quota (et c'est aussi une réflexion importante pour de futures animations). ça me fait du bien de l'extérioriser et de m'affranchir du chiffre, j'avoue !

Pour le soucis de qualité, je te comprends aisément ! J'étais pareil, à toujours vouloir revenir en arrière. Pour l'instant, je me suis fixé l'idée d'avancer, de ne pas m'arrêter et de prendre le temps plus tard pour retravailler tranquillement. ça marche pour moi. on verra si ça tient ^^
Kahlan
mercredi 23 mai 2018 @ 20h16
Ça me fait bien plaisir parce que c'est exactement le sentiment que j'ai eu quand je suis arrivée sur l'Allée, et qu'à l'époque, le moindre défi ou challenge comportait juste un nombre de mots minimum à atteindre qui était insurmontable pour moi ! Non seulement, on se sent un peu à l'écart, mais on se demande si l'on n'est pas complètement nul à côté de tous les autres qui carburent !

Et puis j'ai fini par réaliser que jamais je ne trouverai le temps d'écrire autant que les autres, et ce pour plusieurs raisons : j'ai des journées de 10 heures au boulot, j'ai une famille avec enfant donc des choses à gérer en rentrant, j'ai d'autres passions auxquelles je ne veux absolument pas renoncer, mes premiers sont en général assez proches de ce que j'attends au final de mes textes et si cela me permet de gagner du temps lors de la relecture et de la phase de correction, au quotidien j'avance à la vitesse d'un escargot.

Tout cela couplé, j'avais deux solutions : fuir l'Allée et les communautés d'auteurs en général, ou décider une bonne fois pour toutes que c'est chacun son rythme, et qu'à partir du moment où je décide de compter mes mots, c'est uniquement pour m'assurer une certaine régularité. Si c'est 250 mots par jour, par grave, je suis régulière. Et même s'il m'arrive de sauter une session de temps en temps, ce n'est pas un drame, du moment que je ne perds pas le fil. Pour le reste, comme tu dis, pas d'autre enjeu que de me faire plaisir, ainsi qu'à quelques amis qui me suivent et sont de toute façon prêts à attendre.

Ne te mets pas la pression, Woody, conserve ton plaisir, c'est vraiment, vraiment le plus important !
Jérôme M. Keller
mercredi 23 mai 2018 @ 20h41
Je pensais bien que ça te parlerai ^^
J'ai les mêmes journées que toi mais sans les gosses :P mais même ainsi ça reste dur de garder une concentration intacte (alors tu as toute mon admiration).

Et tu as raison : ça ne fait pas de nous des "moins bons" ou " moins méritant".
Bref tout ça pour dire que j'avais besoin de me couper de cette obsession. Et ça me fait vraiment du bien !

Merci de ton passage ! Compte sur moi pour militer \o/
Sizel
jeudi 24 mai 2018 @ 06h09
J'ai eu à plusieurs reprises l'impression d'être allée trop loin, depuis je fuis les jours épiques et sous évalue mes résultats pour les camps !

Le principal, c'est que tu ais un rythme qui te convient en ce moment ! Plus qu'à carburer ;)
Jérôme M. Keller
jeudi 24 mai 2018 @ 09h30
Pour les camps, j'ai toujours joué la carte du raisonnable et au final ça le fait. après, je n'ai pas ce problème avec les camps ou le jour épique : je me sens plus libre dans ces événements, moins dans l'exposition, plus dans le "pour moi"car au final, les journaux, etc... permettent de passer outre.

Ce qui m'écrase, dans le fait de compter, c'est aussi le fait que tu as l'impression que c'est "chacun pour soi" et bon, je pense que le tout mélangé... xD

Bref, en tout cas, j'ai ressenti l'overdose de mot dernièrement ^^ ça fait réfléchir :]

Merci du passage Six-ailes !
Blog herbergé par AlléeDesConteurs.fr